Petite introduction au déchets

LES DÉCHETS, QU’EST-CE QUE C’EST ?

La réponse à cette question simple est plutôt complexe. Au départ, un déchet est une chose dont on ne se sert plus, et qu’on jette. Mais, souvent, ce qu’on jette peut encore être utile. Donc, ça n’est pas nécessairement un déchet.
À l’Université d’Ottawa, il existe deux grandes catégories de déchets : les déchets dangereux et les déchets domestiques. Les déchets dangereux sont associés à des dangers. Ils relèvent du Bureau de la gestion du risque. Tous les autres types de déchets entrent dans la catégorie des déchets domestiques et sont gérés par les services sanitaires.

La manière de gérer les déchets est importante. Tout le monde ou presque a entendu parler des trois R : réduire, réutiliser, recycler. L’ordre dans lequel ces démarches sont présentées a son importance : c’est leur ordre de priorité.

  • L’idéal est de réduire les déchets d’abord. Il faut ainsi consacrer moins de ressources pour les gérer.
  • La réutilisation est aussi une bonne solution, parce qu’elle demande peu d’énergie. Par exemple, il faut moins d’énergie pour nettoyer une tasse réutilisable que pour fabriquer un gobelet jetable.
  • Le recyclage est complexe. Souvent, on confond recyclage et réutilisation. Mais ce sont deux choses bien différentes. Le recyclage consiste à utiliser les matériaux contenus dans les déchets pour fabriquer de nouveaux objets. Quand on recycle une canette d’aluminium, on ne la « réutilise » pas : la canette est fondue et l’aluminium est utilisé pour fabriquer une nouvelle canette ou autre chose. Cette transformation est énergivore, mais elle vaut la peine.
  • Le compostage est une autre forme de recyclage, qui possède en outre l’avantage d’avoir un effet bénéfique sur le climat en détournant les matières organiques de l’enfouissement (parce que les matières organiques enfouies libèrent du méthane, un gaz 20 fois plus dommageable que le CO2).

 

QUEL EST L’IMPACT DES DÉCHETS À L’UNIVERSITÉ ?

L’un des impacts les plus marqués des déchets à l’Université est financier : la gestion des déchets coûte cher. Plus il y a de déchets, plus on doit déployer d’efforts pour les gérer. Prenons par exemple le circuit parcouru par un document imprimé puis jeté. D’abord, le personnel des services sanitaires vide le bac et transporte le contenu au comptoir de recyclage central. Ce papier est transporté dans un entrepôt en attendant d’être ramassé. Ensuite, le papier entreposé est transporté au centre de recyclage. Chacune de ces étapes entraîne des frais (salaires du personnel, frais payés à des fournisseurs).

 

COMMENT L’UNIVERSITÉ GÈRE-T-ELLE LES DÉCHETS ?

Il existe sur le campus de l’Université d’Ottawa toutes sortes de programmes de gestion des déchets.

  • Réduire, c’est prévenir la production de déchets. La salle à manger zéro déchet de l’Université est un bon exemple de mesure de réduction. On n’y utilise aucun emballage, et tout ce qui est jeté est compostable.
  • Les programmes de réutilisation sont très populaires sur le campus. La Gratuiterie et le programme de réutilisation des meubles permettent aux membres du personnel et de la population étudiante de se procurer ce dont ils ont besoin. Les Services alimentaires encouragent la réutilisation en offrant un rabais sur le café à ceux et celles qui apportent leur tasse réutilisable, partout sur le campus.
  • Il existe plus de 20 filières de recyclage sur le campus. Des postes de recyclage sont à la disposition de tous et toutes, pour les matières courantes (métal, plastique, verre, matières compostables, etc.). L’Université prévoit aussi des options pour les déchets plus difficiles à recycler (électronique, stylos, palettes en bois, etc.).

 

QUELS GESTES PEUT-ON POSER SUR LE CAMPUS ?

Bien qu’il soit difficile d’éliminer complètement les déchets, chacun et chacune peut faire sa part pour appliquer les trois R.

  • Demander de la vaisselle et des ustensiles réutilisables lorsqu’on commande de la nourriture pour un événement.
  • Offrir les fournitures de bureau superflues à des collègues ou communiquer avec les services sanitaires pour en faire don.
  • Visiter la Gratuiterie avant d’acheter du neuf.
  • Éviter autant que possible d’imprimer des documents. En moyenne, 40 % du papier est jeté après un seul jour d’utilisation !
Haut de page